(  1968 )

Toi

5hnx64ah

Quand le vent du soir sur la lande 

Fera frissonner les bruyères, tu viendras chez moi.

Je t'ouvrirai la porte et tu iras t'asseoir près de la cheminée.

Mes mains essuieront sur ton front la poussière de la route 

Et contre ton épaule j'oublierai le passé.

J'aurai pour me bercer l'étreinte de tes bras .

Mais dès l'aube tu partiras.

Je serai sur le seuil pour te voir partir

Les yeux embués de larmes

Et les flammes de l'âtre feront briller mes yeux .

                                           E.B.               

IMGP1684