10 novembre 2011

retour***

                                                  (1968)

La nuit

c0bmm6fv

Lorsque j'essaye en vain

D'oublier ton image

Je sens alors vtes mains

Caresser mon visage .

 

Et je ne te fuis plus .

Je ne cherche même pas 

Dans mon âme éperdue

A m'éloigner de toi.

 

J'aime alors tes sourires

Ton reegard pénétrant

Ton coeur en délire

Et ton charme envoûtant.

 

Je rêve je le sais bien,

Mais j'aime la féérie.

J'aime ce monde où un rien 

Peut avoir  une vie...

 

Et j'aime ce pays

Parce que je t'y rejoins

Et là tous mes amis

Viennent me tenir la main.

 

Loin de toi je suis perdue

Je souffre et je m'ennuie.

Mais je ne te quitte plus 

Lorsque revient la nuit

 

Car transportée alors 

Dans un rêve éphémère

Conduite par des fils d'or

Juste au dessus des mers .

 

J'approche lentement

A travers les nuages;

Tes bras s'ouvrent lentement 

Mais ce n'est qu'un mirage.

                                 E.B.

b61a1f83

Posté par elisabeth_B à 12:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]


retour***

                                          (1968)

Déception

20max11r

Depuis un court instant mon esprit vagabond

M'avait donc entraînée au fond de St Trojan.

Je cherchais comme toujours

Les jours où tu étais assis à mes côtés.

Mais hélas comme toujours

Quelque chose ou quelqu'un 

Me ramenait alors à la réalité.

Aujourd'hui une lettre , je crus que c'était toi.

Mon sang ne fit qu'un tour

Mais hélas déjà je n'avais pas reconnu

Ta splendide écriture.

Déçue je repartais sur les vagues et sur l'onde

Vers ce pays perdu où je t'avais aimé .

                           E.B.

coeur57

Posté par elisabeth_B à 12:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]

retour***

                                                                              (1968)

Déjà plus

amour-anime_pt-17

 Je ne Je ne suis déjà plus

Je ne sais pas pourquoi 

Plus aussi près de toi

Qu'il y a quelques mois.

 

Je ne vois déjà plus 

Le reflet merveilleux

De tes yeux assoiffés 

De bonheur et d'action.

 

Je ne sens déjà plus 

Ton ombre près de moi

Car notre Amour s'estompe

Et je suis malheureuse.

 

Je ne pense déjà plus 

A ces moments heureux

Où tu passais ta main 

Dans mes cheveux salés.

 

Je ne crois déjà plus 

Aux mots charmeurs et doux

Que tu m'as adressés 

En me tenant les mains .

 

Il semble maintenant

Que mon âme éplorée

De ne pas te revoir 

Se tourne vers un autre .


Mais je veux à présent

Si notre Amour finit,

Qu'il demeure à nos yeux 

Le symbole du Bonheur

                            E.B.

coeur

Posté par elisabeth_B à 14:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

retour***

                                                  (1968)

Il faudrait 

907hyd10

Il faudrait que le vent

M'apporte un mot de toi;

Il faudrait que le vent

Soit notre confident.

 

Il faudrait que la pluie

Dissimule mes larmes.

Il faudrait que la pluie

Hydrate encore nos coeurs.

 

Il faudrait que le soleil

Revivifie mon âme.

Il faudrait que le soleil

Dore encore nos amours.

 

Il faudrait que la vie 

Nous réunisse un jour.

Il faudrait que la vie 

Sourie à tous les deux .

 

Il faudrait que la mort

Ne nous sépare jamais,

Il faudrait que la mort

Nous prenne ensemble un jour.

                                          E.B.

fleur_01

Posté par elisabeth_B à 14:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

retour***

                                                 (1968)

Viens voir mon pays 

5hnx64ah

Viens , j'aimerais te faire connaitre mon pays.

Je te montrerai la beauté de cette ile enchanteresse.

Viens le voir en Automne

Où murissent les fruits dans les buissons piquants.

Et puis dans les rochers arrosés par la mer

Nous guetterons ensemble

La sole rapide et la crevette agile.

Viens le voir en Hiver

Quand un climat si doux réchauffe tous les coeurs.

Et que les huitreS montent sur toutes les tables.

Viens le voir au Printemps

Quand le mimosa remplit les coquets jardinets.

Viens le voir en Eté

Quand les genêts en or couvrent tous les sous-bois.

Viens nous nous aimerons

Tandis qu'au firmament montera 

La première étoile de la nuit.

                              E.B.

ile_oleron_dunes1

Posté par elisabeth_B à 14:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]


retour***

                                    (1968)

Pardon

040

Pardon pour les mots 

Que je t'ai adressés.

Pardon pour les sourires

Que tu me destinais.

Pardon pour cet Amour 

Qui n'a jamais pu vivre.

Pardon pour tout l'Amour 

Que je n'ai su donner.

Pardon pour tout ce qui 

S'est passé entre nous.

Pardon encore pardon 

Si je ne t'ai aimé .

Pardon pour l'autre Amour 

Auquel je succombais.

Pardon encore Pardon.

                       E.B.

ospafcrk

Posté par elisabeth_B à 14:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

retour***

                                              (1968)

Bonheur

015

La mer qui nous berçait 

Emportait tous nos rêves

Et alors , rassasiés,

Nous regagnions la rive.

 

Sur ton bateau au large

Nous ne parlions jamais

Et au loin sur la plage 

Les enfants s'amusaient .


Il m'arrivait parfois 

de te suivre des yeux.

Je sentais dans ta voix

Des accents de Bonheur.

 

Alors nous revenions

En riant aux éclats.

Nous repensions alors

A tous notre Bonheur.

                   E.B.

porte-bonheur-429811

Posté par elisabeth_B à 14:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]

retour***

                                      (1968)

Chagrin

032

Mon coeur est malheureux

Comme un oiseau blessé.

Quelle est cette tristesse

Qui envahit mon coeur ?

 

Le bruit monotone de l'eau

Qui coule sur les vitres

Pour mon coeur malheureux

Est comme un chant de joie.

 

Mais pour quelle rfaison

Mon coeur est malheureux?

Mais pourquoi donc

Ce chagrin sans raison? 

 

C'est un très grand malheur 

De ne savoir pourquopi

Sans haine et sans misère 

Mon coeur a tant de peine .

                              E.B.

cz21tdv1

Posté par elisabeth_B à 15:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

retour***

                                     (1968)

Espoirs

006

Je pars demain à l'aube à l'heure où le soleil se lève.

Je sais que tu m'attends toujours.

Et je ne peux rester longtemps sans revoir ton visage

Car je vais te rejoindre.

Je marche les yeux fixés sur mon Amour pour toi

Sans rien voir au dehors, sans entendre la pluie

Qui désaltère mon coeur.

La nuit est très noire et la forêt fort sombre.

Les nuages courent sur un ciel enluné.

Les étoiles volent dans les branches des arbres.


Lorsque j'arriverai chez toi

Les fontaines de la ville 

Murmureront des chants que je te dédierai.


Mais le soir tombe en moi.

La brume efface mes espoirs

Et je pense à toi écoutant le vent amer

Qui cogne sans relâche à ma porte

Comme pour me rappeler

Que je dois partir .

                  E.B.

198799364_small

Posté par elisabeth_B à 15:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

retour***

                                    (1969)

Summertime

20max11r

Et l'orgue jouait mollement

Un air suave et mélancolique

Nous entrainant au fond d'un rêve

Merveilleux et fantastique.

"Summertime" berçait tendrement

Les ombres qui murmuraient 

Dissimulées derrière un rêve.

Et l'orgue continuait doucement.

 

Les lumières rouges, oranges et jaunes

Dévoilaient un monde fantastique 

Où nous partions toujours ensemble.

"Sumertime" nous endormait

Et nous enlevait sous son charme.

Et l'orgue se faisait plus tendre

Mais nous ne l'entendions plus ,

Nous vivions notre "Summertime".

                             E.B.

amoureux_soleil_lehavre

Posté par elisabeth_B à 15:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]