°°°AMOUR TROUBADOUR°°°

01 novembre 2010

retour**

                                                         (20 fevrier 1967) 

Mon Inconnu

029

 

Quand je regarde les nuages 

Souvent je vois des personnages 

L'autre jour au milieu des nues 

J'ai aperçu un inconnu.

 

Il me faisait des signes de main,

Il m'appelait d'en haut "Viens!Viens!"

Je lui criais désepérée 

"Descends, je ne peux pas monter !"

 

Mais le vent pour me chagriner

Avait chassé mon bien-aimé;

A l'horizon il disparut

Le soleil m'en cacha la vue .

 

Et chaque jour de plus en plus 

Je cherche mon bel inconnu;

Et chaque jour dans les nuages 

Je cherche mon beau personnage .

                                                          E.B.                   

 IMGP1670

 


Posté par elisabeth_B à 20:38 - Commentaires [2] - Permalien [#]


02 novembre 2011

retour**

                                                             ( 1967) 

Toromachie

pt04uhx2

 

 Connaissez-vous Bernard Buffet

Ce peintre de grande renommée

Ainsi que ses derniers tableaux 

Qui représentent des taureaux ?

 

La toromachie est un art

Que sait représenter Bernard.

Couleurs vives : rouge et noir

C'est tout différent de Renoir.

 

Le rouge se mêle avec le vert

Et par ces toiles que je vois là,

Je revois mon voyage là-bas;

C'est humain mais c'est vrai .

                                                           E.B.                

   IMGP1673

 

Posté par elisabeth_B à 21:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 novembre 2011

retour**

                                                          (1968)

Jamais plus 

bklzeriz

Que j'aimais suivre dans tes yeux 

La course lente des nuages.

Cet été je t'ai vu, pélerin amoureux

Vagabonder sans but avec tes chimères .

Du bout du quai tu regardais partir

Ces superbes voiliers lourds de tes rêves.

Et moi, un jour, cachée,je t'ai vu partir.

Départ sans retour, larmes de detresse,

Alors j'ai compris l'infinie tristesse 

Des mots : jamais plus .

                                     E.B.             

IMGP1671

                             

Posté par elisabeth_B à 21:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 novembre 2011

retour**

                                                   (  1968 )

Toi

5hnx64ah

Quand le vent du soir sur la lande 

Fera frissonner les bruyères, tu viendras chez moi.

Je t'ouvrirai la porte et tu iras t'asseoir près de la cheminée.

Mes mains essuieront sur ton front la poussière de la route 

Et contre ton épaule j'oublierai le passé.

J'aurai pour me bercer l'étreinte de tes bras .

Mais dès l'aube tu partiras.

Je serai sur le seuil pour te voir partir

Les yeux embués de larmes

Et les flammes de l'âtre feront briller mes yeux .

                                           E.B.               

IMGP1684


Posté par elisabeth_B à 21:31 - Commentaires [2] - Permalien [#]

05 novembre 2011

retour**

                                                                          ( 24 mars 1968 )

François

907hyd10 

Oh François que ma peine est grande 

Oh François depuis ces longs mois 

Sans ta présence auprès de moi.

Déjà ton visage se dissipe

Et il ne me reste de toi

Qu'une lettre et des souvenirs .

Jamais depuis plus de cinq mois 

N'ai cessé de penser à toi.

Tout le jour et encore la nuit

Tu es présent auprès de moi.


Oh François quand te reverrai-je?

Oh François peut-être jamais

Tu ne seras auprès de moi .

Ce ne sera jamais possible

De vivre toute une année sans toi.

Déjà mon désespoir est grand

Depuis le temps que je t'attends . 

                                                        E.B.              

IMGP1685

Posté par elisabeth_B à 21:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]


06 novembre 2011

retour***

                                                                  (1968)

Cauchemar

5ez2y1a3

 

Non ce n'est pas possible

Cette nuit, dans le brouillard

Implorant, suppliant, je t'ai vu

Séparé de moi par un fossé.

 

D'une main tu tenais 

La main potelée d'un enfant 

Blond qui te ressemblait.

De l'autre un annean d'or.

 

Mais un tourbillon t'emporta

Toi, l'enfant et l'anneau 

Disparurent en fumée

Dans le précipice.

 

En sursaut je me réveillais 

Et je trouvais sur l'oreiller

Une mèche de cheveux blonds.

Ils sont à toi , tu  es venu.


J'ai désespéré, j'ai espéré

Jusqu'à la dernière heure 

Mais trop tard ,

Tu étais parti .

             E.B.

quand-la-nuit,2655393-L

Posté par elisabeth_B à 21:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 novembre 2011

retour***

                                                 (1968)

Incompréhension

l3s5f4uz

Pourquoi as-tu cru ce soir là

Que je ne voulais pas t'aimer?

Et maintenant il est trop tard,

Tu vis malheureux dans l'erreur.

Toi non plus tu n'as pas compris

Combien était grand mon amour.

Tu étais contre moi, tout contre,

Tu me parlais tout doucement 

Mais moi je gardais le silence .

Puis comme toute chose a une fin

Tu es reparti un matin

De ton côté amèrement .

Pendant longtemps tu n'oublieras

Ces doux moments passés ensemblke.

Mais pourquoi vivre si loin de l'autre 

Puisquer nous ne pouvons résister 

A cet amour qui nous envoûte?

                               E.B.

Amoureux


Posté par elisabeth_B à 22:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 novembre 2011

retour***

                                ( 1968)

 

J'erre

o6gkqd6m

Depuis combien de jours

Depuis combien de nuits

Ma joie est-elle éteinte?

Depuis que je t'ai quitté.

Cela fait longtemps 

Que je ne pense qu'à toi.

Je pleure à cause de toi,

Je ne vis que pour toi.

Maintenant dans les rues ,

J'erre trop malheureuse

Pour continuer cette vie 

Morne et triste sans toi.

Et de puis de longs mois 

Je n'ai trouvé personne 

Pour me parler de toi.

Et le Quartier Latin

Qui t'a emprisonné 

Dans ce grand bâtiment ,

Me console souvent 

Lorsque je le supplie 

De t'en faire sortir.

Mais pour me chagriner

Il ne me répond rien.

Et à nouveau moi j'erre

Autour des quatre murs 

Où tu es enfermé.

                                 E.B.

89fcd07f20b6785b92134bd6c1d0fa42-2


Posté par elisabeth_B à 22:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 novembre 2011

retour***

                                                                                                                                                                            (1968)

Mon Coeur

025

Tu es parti avec mon coeur.

Comme je regrette cves momlents 

Où tu posais tout doucement 

Ta douce main sur mon épaule.

Il ne me reste à présent

Que la douce sensation

Que tu laisses après ton passage.

Longtemps tu as cru qu'avec moi

Cela ne pourrait pas durer 

Et tu as emporté mon coeur.

Ces heures sont passées, François

Et tu ne peux conserver 

Ce coeur qui ne t'appartient pas 

Indéfiniment avec toi.

Je comprends que tu aies du chagrin.

Quand tu seras parti, François 

Il ne me restera 

Pour me parler de toi 

Que ce coeur lourd et douloureux .

                                   E.B.

1180714125_1024x768_love-wallpaper

Posté par elisabeth_B à 08:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

retour***

                                                                        ( 1968) 

Jalousie 

images

 

Ce jour là j'aurais aimé

Que tu me prennes par la main.

Hélas ce jour là

Je me retrouvais solitaire 

Rongée par la jalousie

Sur le bord des vagues en colère .

Je rageais en moi-même 

Et le bruit fracassant des vagues

Couvrait le cri

De mon coeur éploré.

Je la voyais là-bas

Près de toi, souriant,

Te parlant doucement.

Et moi désespérée

Je marchais seule au bord de l'eau.

Michel, Michel, pleurais-je

Pourquoi elle, sanglotais-je.

Je te fuyais effondrée.

Notre merveilleux amour

Finissait dans les larmes 

A cause de ma meilleure amie.

                                            E.B.

homme_plage


Posté par elisabeth_B à 09:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

retour***

                                         (1968)


Les deux moitiés

bklzeriz

 

Lorsque je sentais ton coeur 

Battre auprès de mon oreille,

J'avais une envie folle

De m'en emparer en secret.

Ce que je fis un jour

Sans que tu t'en rendes compte.

Je me trouvais si bien 

Avec ces deux coeurs

Qui ne formaient plus qu'un

Et qui battaient dans ma poitrine.

Mais toi tu dépérisssais.

Chaque jour quand je te voyais 

Je croyais voir ton ombre ,

Malheureux, le vague à l'âme.

J'avais une envie folle de te rendre ton coeur .

Alors je t'avouais mon larcin,

Les larmes aux yeux.

Mais ces deux coeurs s'aimaient

Et il était impossible

De les séparer sans douleur.

Alors je lui donnais 

La moitié de ces deux coeurs 

Qui battaient dans ma poitrine.

Aussitôt dans la sienne 

Ces deux moitiés de coeurs

Se mirent à battre follement .

Et depuis ce jour, nous vivons

Chacun avec la moitié 

Du coeur de l'autre .

                        E.B.

2nnz52f8

Posté par elisabeth_B à 10:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

retour***

                                                                        ( 1968) 

Un Court Instant

rpmsc6at

 

Ce soir-là tous les deux

Nous marchions côte à côte.

Nous étions amoureux.

Je sentais ton regard 

Se poser doucement sur moi.

Sans rien dire je te regardais .


Puis nous nous arrêtions un court instant.


Alors je rougissais 

Et notre marche reprenait.

Tu me parlais doucement ,

Moi je ne disais rien .

Tu marchais trop vite ,

Et j'étais fatiguée.


Et nous nous arrêtions, un court instant.

 

Assis sur le sable encore chaud 

Tu me protégeais du vent.

Puis nous repartions.

Mais quand je sentais

Ton bras sur mon épaule

Je croyais porter 

Un collier de fleurs

Et mes pas devenaient

Plus rapides, plus alertes

Et tu riais


En m'entraînant un court instant.


Puis tu revenais à la réalité,

il nous fallait rentrer.

Hélas dans ma vie 

Ces heures n'avaient été 

Qu'un court instant .

                          E.B.


IMGP1678

 



Posté par elisabeth_B à 11:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

retour***

                                                   (1968)

 

Pendant combien de temps ?

009 (1)

Pendant combien de temps

Devrai-je attendre encore

Avant de retrouver

Ton visage d'enfant ?

 

Pendant combien de temps

Aurai-je à patienter

Avant d'entendre encore

Le doux son de ta voix?

 

Pendant combien de temps

Ne sentirai-je plus

Ta tendre main se poser

Autour de mes épaules ? 

 

Pendant combien de temps 

Seras-tu loin de moi

Sans pouvoir consoler 

Mon coeur douloureux?

                            E.B.

Attendre


Posté par elisabeth_B à 23:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 novembre 2011

retour***

                                      (1967)

La Fin

5w0rmz28

Mais pourquoi nous sommes nous fâchés?

Tu n'as donc jamais pu comprendre

Que c'était cela nous aimer ? 

 

Mais maintenant que je te fuis 

Tu fais tout pour me rencontrer.

Je ne suis plus celle d'autrefois .

 

Mais maintenant quand je te vois 

J'ai comme envie de t'appeler

Et puis te demamnder pardon 

Pour tout le mal que je t'ai fait.

 

Mais à présent il est trop tard

Pour revenir sur mes pas.

De notre amour c'est le soior

Je ne t'en reparlerai pas.

                               E.B.

1278051488_small

Posté par elisabeth_B à 11:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

retour***

                                                         (1968)

J'y repense

ur867z6k

Allongée dans les dunes 

Les cheveux dans les yeux

Du sable dans la bouche

Je repensais à toi

Qui , quelques jours plus tôt

Etait au même endroit 

Assis auprès de moi.

Maintenant j'erre triste 

Sur ce sable chaud

Où quelques jours plus tôt

Nous marchions tous les deux

Côte à côte en pensant 

A cet instant tragique 

Où nous nous quitterions.

A présent tu es parti,

Et je reviens tous les jours 

Dans ces dunes chaudes

Où je revis encore

Ces moments merveilleux .

                             E.B.

IMGP1687

Posté par elisabeth_B à 11:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

retour***

                                                         (1968)

Je t'aime 

006

J'attends, je tourne

Je ris , je pleure 

Je pense et rêve

Je t'aime .

 

Je te regarde, je t'admire

je te trouve tout 

Les autres rien 

Je t'aime.

 

Je lis , je relis des poèmes

Oui c'est pour toi

Je pense à toi

Je t'aime . 

                                    E.B.

IMGP1688

Posté par elisabeth_B à 11:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

retour***

                                   (1968)


Soirs d'été

5ez2y1a3

Soirs d'été inoubliables

Doux parfums de l'été

Dans les dunes les cigales

Leurs ailes font crisser.

 

Soirs d'été incomparables 

Sous les cieux étoilés,

Sous les lampes des bals

Les jeunes vont danser.

 

Soirs d'été que j'adore

Dans les rues du village

Tous et toutes sont dehors

Femmes, vieux de tous ages .

 

Soirs d'été fantastiques 

Amour, aamis,gaité,

Rien ,rien n'est comparable 

Aux douces nuits d'été .

                                 C.C.

salseros monica stewart_0


Posté par elisabeth_B à 11:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

retour***

                                            (1968)

J'aimerais 

5w0rmz28

J'aimerais sentir ton coeur 

Battre contre le mien.

J'aimerais tant la chaleur 

De ta main dans ma main .

J'aimerais voir tes yeux

Les regarder sans cesse.

J'aimerais te sentir heureux

Et mon coeur en frémirait.

Si tu savais à cet instant

Comme j'aimerais que tu sois là.

Non je ne suis plus une enfant,

Viens me prendre dans tes bras .

Je t'aime, je ne m'en cache pas

Car je sais que tu m'aimes aussi.

Et lorsque tu lme reverras

Tu m"emporteras loin d'ici .

                                      E.B.

images

Posté par elisabeth_B à 12:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

retour***

                                                 (1968)

L'Attente 

amour-fixe_pt-8

Il n'est que mardi soir

Mais mon coeur plein d'espoir

Vient en un court quatrain

Te chanter ce refrain.

 

Je t'entends, je te vois

Je crois que tu es là

Mais lorsque je m'approche

Au vide je m'accroche.

 

Et longuement je pense

A cette longue absence

Aux jours maudits et longs

Qui semblent pourtant bons.

 

Car au bout du chemin

Il n'y a plus de chagrins

Plus de ces pluies troublantes 

Mais la joie et la détente.

 

Et bien plus que la joie

Je sais que tu sauras

M'apporter les beaux jours

Dont je rêve chaque jour.

                                        E.B.

492zwsqs

Posté par elisabeth_B à 12:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

retour***

                                          (1968)

Mélancolie

006c

Jamais tu n'aurais dû 

Me griser de ta flamme

Mais l'Amour a voulu

Que tu prennes mon âme.

 

Le charme de tes yeux

Ton sourire enchanteur

Seuls ces faits malheureux

Suffirent à mon bonheur.

 

Une parole de toi 

Et je ne dormais plus ,

Déjà tu étais là 

Dans mon coeur éperdu.

 

Le nuit je m'éveillais 

Et j'ouvrais la fenêtre

Sous le ciel étoilé

Pour te voir apparaitre .

 

Mais ce n'était qu'un rêve

Un moment de plaisir

Ton image était brève

Court était ton sourire.

                                 E.B.

images

Posté par elisabeth_B à 12:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]